• Conseil municipal du 2 avril 2015 : l'aménagement à 4,7 millions d'euros de l'aérodrome Beaune Challanges

    Intervention de Jacques THOMAS (élu "Ensemble, l'Alternative")
    sur le dossier de l'aérodrome Beaune-Challanges
    Conseil Municipal du 2/4/15

        J'ai été stupéfait par l'indigence de la présentation de ce dossier pourtant important.
            Nous avions déjà eu droit à ça au Conseil Communautaire de décembre. Voir la déclaration alors de Jean-Pierre Rebourgeon : "dossier succinct ... manque d'éléments quant à la viabilité de ce projet pour se construire un avis éclairé."
            Que devrions-nous dire aujourd'hui puisque le dossier est encore trois fois plus succinct !
            Du reste, que disait le Conseil Communautaire à l'époque ? Il ne disait pas intérêt communautaire ou pas pour ce dossier mais il demandait un complément d'étude avant de se prononcer, ce que vous avez balayé d'un revers de main pour imposer un vote à la hussarde. J'étais de ceux qui demandaient ce complément d'étude. Je reste aujourd'hui sur la même position puisque je n'ai, à ce stade, aucune autre information écrite.
            Vous parlez d'une mission de diagnostic (sur l'urbanisme, les procédures réglementaires, les contraintes de l'aviation civile, les voieries et réseaux, le potentiel de commercialisation et de développement, ce qui est effectivement essentiel ...) Où en sont les traces ? RIEN.
            Vous parlez d'une étude Avant-projet Sommaire pour élaborer un phasage pluri-annuel et un bilan financier global, c'est bien le moins qu'on puisse demander. Cette étude, dîtes-vous, "doit être finalisée". Je comprends donc qu'elle ne l'est pas.
            Donc vous nous demandez aujourd'hui de nous prononcer sur un programme, des conditions de mise en oeuvre et des enjeux alors que nous n'avons RIEN sous les yeux. C'est une sorte de blanc-seing que vous nous demandez et vous comprendrez que je ne peux que le refuser.
            Je trouve même la forme de ce "dossier" méprisante pour les éluEs que nous sommes. De deux choses l'une :
                soit on nous tait des éléments qui ne sont pas finalisés
                soit on veut nous cacher des choses
                ou peut-être les deux à la fois ...

        Donc nous voilà avec une maigre page et quatre pauvres schémas pour un dossier qui pèse quand même la bagatelle de 1 M. d'euros pour 2015 sur un total de 4,7 M.! (je note qu'en décembre, on nous parlait de 4,5M. : on a donc déjà pris 200 000 euros en trois mois!)
    Et pendant ce temps-là, on mégote pour 100 000 euros l'organisation du Mois du Cinéma dans les écoles et on supprime les éducateurs sportifs dans les classes ...
        Donc, vu les sommes engagées, on pourrait demander un minimum de réflexion et d'informations ...
        Dans ce dossier, à vrai dire, ce n'est pas tellement l'envol que je crains mais plutôt les trous d'air et l'atterrissage ...

        D'autant que, comme vous le dîtes vous-mêmes, en matière de plates-formes aéro-portuaires, le contexte est "tendu", dîtes-vous par euphémisme.
            Et dans la Région, nous sommes bien placés pour en parler : vous avez vu le sort de l'aéroport de Dijon-Longvic et du projet pompeusement appelé Renaissance, vous avez vu le rapport de la Cour des Comptes sur la concurrence mortifère entre Dijon et Tavaux (Renaissance prévoyait 190 000 passagers en 2014 : on en est à 100 000 pour les 2 aéroports, 25 000 pour Dijon, 80 000 pour Tavaux, sachant que le niveau permettant de dégager un excédent brut d'exploitation est estimé à 500 000 passagers ...) Dès 2003, un audit préconisait une meilleure concertation. Et la Cour des Comptes de conclure son rapport aujourd'hui en préconisant "un scénario alternatif au développement de la desserte aérienne."
            Il faut se méfier des grands projets démesurés et inutiles. C'est vrai en Bourgogne-Franche-Comté comme dans le Tarn ou à Notre-Dame-des Landes. [On ambitionne 54 mouvements à Beaune alors qu'en 2013, Le Bourget, le plus important aéroport d'affaires en France en faisait 63 ...]
            On a un peu l'impression que chaque baronnie locale veut "sa" plate-forme. Alors on a Dijon, on a Dôle, on a Chalon, demain on aura Pouilly, on aura Beaune ...
            Dans le contexte contraint que nous connaissons, nous ne pouvons pas nous permettre la concurrence entre les territoires, il faut jouer la complémentarité. Il faut jouer la carte de Tavaux, surtout aujourd'hui dans un contexte de rapprochement des deux Régions. J'ai toujours estimé, pour ma part, qu'entre Dijon et Tavaux, il y en avait un de trop (j'ai dénoncé le projet Renaissance dès le début). Pour nous aussi, il faut jouer cette complémentarité. Des spécialistes ici de l'aéronautique estiment comme nous qu'il serait plus judicieux de développer des liaisons en hélicoptère entre Beaune et Dôle : "ce serait moins onéreux pour les Beaunois et rapide".
            Pour nous, une stratégie de transport prioritaire devrait être orientée vers le ferroviaire et la multi-modalité.

            En conclusion, autant sur la forme que sur le fond, je ne peux que voter CONTRE.
    Et je le ferai aussi concernant l'AP/CP correspondante et les DM qui en sont la traduction).

    « Conseil municipal du 2 avril 2015 : Voeu concernant la desserte TGV de la gare de BeauneFermetures de classes en pays beaunois : l'appel de Fanja Randriamanantena pour la maternelle Blanches Fleurs à Beaune »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :